Bordeaux Greenskate 2012 Report #

Image

Le Greenskate est un événement apparu en 2007 au Canada et s’est développé, depuis, à travers le monde !  Jusqu’à Bordeaux !

Le projet est de faire connaitre le Longskate comme moyen de locomotion récréatif, non-polluant et adapté au paysage urbain.

Ainsi en 2012, ce sont une cinquantaine de villes mondiales qui se sont associées à ces journées éco-citoyennes, la « Journée Mondiale de la Terre » et la « Journée Mondiale de l’Environnement des Nations Unies ». Pour revenir au Greenskate, ses organisateurs ont loisir de le placer n’importe quand entre ces deux grands évènements !

En terme de chiffres, on est face à des centaines de « Longskaters » au niveau mondial, qui promeuvent et partagent leur passion avec le plus grand nombre, puisque le Longskate est avant tout une passion, « un plaisir immédiat de glisse avant d’être un simple moyen de transport », comme le dit très bien David Casabon, un des acteurs majeur du Club bordelais.

Ainsi, dimanche dernier, nous avons rencontré le BLC, organisateur de cet évent’ dans notre belle ville. Le « Bordeaux-Longskate-Club » est une asso créée en 2002, affiliée F.F.R.S et à la Commission Nationale Skate. 45 membres, dont 7 détenteurs du brevet d’Initiateur Fédéral, souhaitant développer les sports dits « de descente » regroupant les activités de Longskate, Buttboard, Streetluge !

Ils organisent des événements liés à ces disciplines, notamment cette année, avec 2 étapes du championnat de France FFRS et d’une étape du championnat du monde IGSA sur les sites du Rigalet près de Bordeaux et de Peyragudes dans les Pyrénées.

Ce Crew a le mérite d’être sensible et lié à la culture sociale et c’est pourquoi ils participent activement à des événements publics tels le Téléthon ou des journées d’initiations gratuites…

Image

Nous avons eu la chance de partager une journée, leur passion et leurs valeurs, ce dimanche 27 mai dernier ! Le Greenskate a débuté par un traditionnel « cruising », une ballade en Skate sur les quais, jusqu’au site du Rocher de Palmer à Cenon.

Les Riders présents, une cinquantaine, de tous horizons et de tout âge ont fini sur ce site privilégié à la pratique de leur discipline, favorisant l’essor de leur passion à travers un message positif et universel a but écologique.

Sur le site de Palmer ils ont aménagés pas moins de 3 zones de ride ! Une zone DH (descente), une zone slopestyle (parcours avec modules) et une zone slide (drift), toutes sécurisées par le Crew.
Les Riders ont pu faire le show en se mesurant sur ces parcours au travers de « jam-sessions », qui sont des minis contests ! 

Image

Ainsi, ils ont pu recevoir des lots de partenaires et sponsors qu’ils remercient tous au passage, comme stokedskateboards et bien sûr,   …COONTAK !

Pour contacter le BLC, rien de plus simple !  Voici leur site Internet, http://bordeaux-longskate-club.com/ et même un Facebook ! http://www.facebook.com/groups/108907359127283/

 

! Smell-Good !

Projet Darwin, un hangar pour le ride éco-citoyen

 

Logo Hangar Darwin

 

La ville de Bordeaux jouit d’une notoriété importante dans l’univers européen du skate, mais cette notoriété n’est malheureusement pas pleinement exploitée. En effet, l’engouement pour les disciplines comme le skate, le BMX ou le roller est freiné par un manque d’infrastructures surtout en indoor. Le projet Darwin vise à créer un espace qui rassemblerait les adeptes de « culture urbaine« , culture urbaine un terme utilisé à outrance pour définir tout ce qui se détache du conventionnel dans une ville ou dans un ensemble urbain. Le skate, le BMX ou encore le Graffiti sont souvent discriminés dans la capitale girondine à cause d’un  besoin de donner l’image d’une ville « classée UNESCO » . C’est pourquoi un projet si audacieux que celui de Darwin mérite d’être mis en lumière pour, à la fois montrer que l’on peut générer de l’énergie et de la solidarité lorsque l’on crée un concept éco-citoyen, mais aussi de prouver que cette culture urbaine n’est pas seulement un terme avarié mais bien une réalité, l’âme d’une ville avec ses habitants et ses acteurs. Le projet Darwin se compose donc d’un Hangar dores et déjà en cours d’aménagement avec un skate-park indoor et un magnifique bowl extérieur mais aussi des bâtiments en cours de rénovation pour accueillir à moyen terme des bureaux éco-participatifs et le siège de l’agence de communication éco-engagée Inoxia. 

A la base de ce projet il y’a la signature d’une convention d’autorisation d’occupation temporaire du Hangar métallique accolé aux Magasins généraux, avec la Communauté Urbaine de Bordeaux et l’association « La 58ème » , le projet Darwin Eco-Système entend apporter une réelle dynamique autour de la culture urbaine au sein de l’ancienne Caserne Niel. Ce lieu a en effet été investi, depuis qu’il est désaffecté, par une exceptionnelle activité de street art : c’est un lieu déjà connu et apprécié des graffeurs et adeptes des cultures urbaines. Comme l’exprime très justement le site officiel du projet (http://www.darwin-ecosysteme.fr) « Il offre aujourd’hui la possibilité de créer les conditions d’exploitation d’un équipement public à moindres frais du fait d’une construction déjà existante, en capitalisant sur son identité de « friche urbaine » ».

Nous avons donc rencontrés Eric Trouilh, régisseur en chef du projet et membre du staff dirigeant, il est « l’oeil de la maîtrise d’ouvrage » de ce Chantier Vert qui grandit semaines après semaines ! « Prouver qu’avec rien, on peut faire de grandes choses et bien« , tel est le crédo d’Eric Trouilh qui veut montrer à travers ce projet qu’une solidarité et une dimension écologique peuvent prendre l’ascendant sur une société en crise. A la suite d’une visite guidée de ce majestueux chantier, l’esprit authentique et urbain des lieux se marient parfaitement au projet Darwin Eco-Système de plus au coeur du futur eco-quartier qui devrait sortir de terre d’ici la fin 2012. La caserne Niel reste un endroit chargé d’histoire qui ne demande qu’à revivre sous le coup d’une rénovation, quoi de plus symbolique de rénover ce lieu en un centre névralgique de la culture urbaine alors qu’il servait auparavant à l’univers stricte et austère de l’armée française.

L’organigramme de l’équipe dirigeante du projet est simple, l’instigateur et responsable principal du projet est Philippe Barre, fondateur de l’agence de communication eco-citoyenne Inoxia qui emploie quelques 40 salariés, c’est donc cet homme là, qui a décidé d’investir son énergie et ses économies dans un projet audacieux mais très gourmand en temps et en finances. Pour l’épauler on retrouve Jean-Marc Gancille, directeur du développement durable et garant de l’aspect « vert » du projet car très engagé dans l’écologie il se consacre à réunir un maximum de moyens qui font péréniser le projet dans son aspect écologique et éco-participatif. On trouve également Jean-Benoît Perello en tant que directeur général et donc Eric Trouilh le régisseur du projet. Pour que l’équipe soit dignement représentée dans le monde du skate quoi de mieux que la présence d’un ancien champion de France de street en la personne du fameux Sébastien Daurel, véritable caution morale et médiatique et qui jouit d’une grande crédibilité aux yeux des jeunes. Cette équipe est à la tête du projet Darwin mais ce sont bel et bien les nombreux volontaires et Valentin le valeureux intérimaire qui font vivre et évoluer la construction du skate-park indoor.

A travers le projet Darwin et le Hangar, le mot solidarité prend tout son sens. L’engouement des nombreux volontaires et bénévoles génère une énergie incroyable et donne une âme à cet endroit. L’absence de réalité financière pour le moment permet donc au projet de grandir sans les contraintes liées aux investissements, Darwin eco-système veut devenir à moyen terme, un vivier de la culture urbaine et un symbole d’un mode de vie éco-citoyen !

Présentation

 

Coontak présente Smell-Good , un blog qui va vous faire transpirer l’esprit Coontak, un ensemble d’effluves décalées et enrichissantes. « Que de bonnes choses » ou comment s’identifier à l’esprit de notre marque, Let’s ride !!

Des articles, des brèves, des interviews, des portraits, des photos, des vidéos et toutes les nouveautés du Label Coontak seront exclusivement publiées sur ce support.

 

Le journal intime du crew Coontak est officiellement ouvert.